Une réunion de parents d’élèves…en école alternative

Imagine la scène:

Les parents arrivent peu à peu, il est 19h (parce que t’as que ça à foutre à 19h comme ça tout le monde peut être présent).

On s’assoit tous en cercle, pieds nus, sur des tabourets en bois (sans traitement chimique), un verre d’infusion bio dans les mains.

Chacun se présente et explique pourquoi ce choix d’une école alternative.

Alors, ce qui revient à tous les coups: un petit effectif, un climat bienveillant.

Et le voilà, le papa n°3, qui s’explique: mon enfant a fait sa rentrée en Petite Section traditionnelle il y a une semaine, c’était d’une violence! Vous vous rendez compte: « l’instit crie » (je cite).

Elle crie?! Oh my God!Hystérie dans le public:Elle crie!? Oh my God!!!!!

Fier de son petit effet il ajoute, elle a même une chenille du comportement !!! Les enfants ont une gommette rouge s’ils ne sont pas sages!!!!(je cite)

Une chenille du comportement!!???

Et puis là, c’est parti mon kiki, tout le monde y va de sa petite anectode toute pourrite sur l’école publique. La liste est trop longue. Je résume, l’école publique, c’est le mal.

A cet instant précis, je sais: mon Spaghetti ira se faire maltraiter à l’école dès qu’elle tiendra pour de bon sur ses pattes.Parce que ça peut servir de savoir que, dans la vie réelle, y a des règles.

A cet instant précis, la réunion devient intenable.

C’est mon tour de parler, je le lâche: « Je suis moi-même institutrice maltraitante de l’éducation nationale ». Et là, je me dis que je vais me repaître de leur sourire gêné. Et ben non, j’ai l’impression d’être aux Alcooliques Anonymes: ils me regardent de manière BIENVEILLANTE:

Moi: Je m’appelle Maman Spag et je suis institutrice maltraitante de l’éducation nationale

Eux: Bonjour Maman Spaaaaagh!

Who puté…

Publicités

Miss Spag va donc à l’école

Bon, je dois te le dire direct, je vais essayer de pondre un article en toute objectivité, mais c’est pas facile.

Je ne suis pas là pour critiquer parler des écoles dites alternatives, je suis là pour parler de la rentrée de mon Spaghetti dans une école de bobos inspirée de la pédagogie Steiner.

Je te rappelle que je suis institutrice maltraitante et malveillante de l’Education Nationale, oui, je suis LE MAL!!!!!!!

T’as vu, ça sent pas trop l’objectivité jour-na-lis-ti-que. J’ai assisté à une réunion de parents d’élèves de l’école en question et j’ai juste eu envie de me pendre.

Mais ouh la la je m’égare……………….. Je ne suis pas là pour parler de moi…

Rappelons les faits:

Une miss Spaghetti à 4 pattes qui ne parle pas ne peut pas aller en Petite Section de maternelle.

Alors, 2 solutions: la crèche un an de plus ou l’école alternative qui suit le développement de l’enfant, mais qui, surtout, limite son effectif à 15 mômes dans la classe (je persiste: l’effectif fait tout)(l’enseignant aussi…)

Bref, Miss Spag va à l’école le matin.

Elle est super contente.

Elle fait du modelage, de la peinture, des rondes, de la musique, des jeux de doigts.

Quand on va la chercher, elle ne veut pas rentrer.

Elle n’a pas d’AVS, parce qu’ils ne sont que 12 enfants pour 3 adultes.

Elle profite de la présence des plus grands qu’elle imite(les enfants ont entre 3 et 5 ans).

C’est une chouette transition. Oui : tran-si-tion, parce que je sais toute la richesse que l’école publique a à offrir: le mélange socio-culturel pour commencer, qui n’existe pas dans le circuit privé et payant (dis moi si je me trompe), l’extrême variété des activités proposées à l’école maternelle…

Mais je ne me leurre pas, je sais que c’est surtout, une question d’enseignant, et que j’ai un avantage incroyable sur le commun des mortels: si je veux, je peux choisir l’enseignant de mon enfant! Il suffit que je le prenne dans mon école. Parce que des chouettes enseignants: il y en a beaucoup, partout, mais pas que, faut bien l’avouer….

Alors maintenant ma louloute, t’as un an pour t’habituer à vivre debout, et tu pourras enfin, attraper des poux (ils semblent fuir les écoles alternatives eux aussi…)

Une, deux! Une, deux! La marche, c’est parti…

Et donc mon Spaghetti est-enfin- devenu un bipède.

Trois semaines avant ses 3 ans. Histoire de pouvoir se la péter à la récré « Meuh si j’ai marché avant 3 ans moi aussi… »

Son frère s’est mis à marcher, d’un coup comme ça-trop facile-. Elle lui a emboîté le pas.

Je me suis dit « Pourvu qu’il se casse la gueule un petit bout de temps, histoire de pas créer un fossé trop rapidement »

On m’a assuré « Tu verras c’est long entre les premiers pas et la marche »

Le deuz, ça lui a pris juste une petite semaine.

Ben, la Miss Spag, ça l’a pas démotivé, elle s’accroche, même si elle galère niveau équilibre. Elle doit encore resserrer son polygone de sustentation (je traduis pour toi jeune novice: elle marche les jambes trop écartées).

ELLE MARCHE, tu te rends compte?…………………..

Dans la série: mon enfant est handicapé: il arrive mal à faire ses lacets…

Aujourd’hui, j’ai croisé une mère d’élève.

Une maman d’élève à moi: sa fille est dans ma classe, c’est la deuxième année, je la connais un peu sa fille. C’est ce qu’on appelle communément une très bonne élève: sérieuse, appliquée, intelligente, volontaire.

Cette maman d’élève, elle me connaît un peu aussi: elle est pédiatre, elle a suivi mon deuz pendant 6 mois, elle a rencontré ma fille: elle sait.

Donc, cet aprem, j’allais acheter 15 kilos de brioche pour nourrir mes fauves au petit dej. et je tombe sur elle. Elle me demande -trop sympa-comment s’est passée la rentrée de Miss Spagh et patati et patata.

Puis, elle ose.

Elle me fait part du HANDICAP de sa fille. La pauvre, elle est dysorthographique « lorsqu’elle écrit des écrits d’imagination » (Je cite)- Elle gère mal son orthographe quand elle fait ses rédac (je traduis). Elle voudrait qu’on fasse un PAI.

PAI: Projet d’accueil individualisé (PAI) est mis en place lorsque la scolarité d’un élève, notamment en raison d’un trouble de santé invalidant, nécessite un aménagement. 

Et elle ajoute: « Non parce que c’est un handicap qui va la suivre à vie. C’est terrible »

Ouais: tu ne rêves pas: « c’est terrible » qu’elle m’a dit cette sombre connasse. Là, j’avais déjà envie de lui gerber dessus, mais comme elle fait des efforts pour se coiffer et se maquiller, je l’ai pas fait. Puis elle a ajouté que, du coup, sa fille, elle pourrait pas faire de danse cette année parce qu’elle allait avoir besoin d’une séance d’orthophonie hebdomadaire……………………………………………………..

Elle m’a dit tout ça avec un petit regard en coin genre « Tu sais ce que c’est ».

Cela dit, heureusement qu’il existe des gros cons, ça me permet d’alimenter mon blog.

Les nouveautés de la rentrée (2)

Papa Spagh ne travaille plus!

Papa Spagh a pris 6 mois de congé parental pour prendre le relais de Maman Spagh qui pétait un peu un câble à force de rééduquer en nichonnant à longueur de journées.

Il y a 1 mois ou 2, quand il s’est projeté dans son congé parental, il a dit:

« Rhoo mais je vais pouvoir faire le jardin, créer un petit potager, poser les 2 étagères achetées l’année dernière, me laisser pousser la barbe et les cheveux, me remettre au sport, faire des baby-foot avé les copains, m’occuper de la rééducation de Miss Spagh, préparer un concours et devenir, à mon tour… fonctionnaire… pour avoir plus de temps libre… »

Waaah ah ah ah!!!!!!!

Papa Spagh est en mode congé parental pour de vrai depuis 1 semaine pile-poil. Papa Spagh n’a rien le temps de foutre entre les aller-retours école- maison, kiné-maison, psychomot-maison, orthophoniste-maison.

Papa Spagh ne dit plus à Maman Spagh: « Ce n’est pas parce que tu ne dors pas la nuit que tu as le droit d’être de mauvaise humeur »

Papa Spagh en chie un peu (Un peu, parce que le deuz, il va chez sa nounou, quand même). Le congé parental, ben c’est pas des vacances… Mais ça, on le sait pas tant qu’on l’a pas expérimenté…..

Mais merci Papa Spagh! Et bravo pour avoir oser le prendre ce foutu congé; parce que, petit à petit, grâce à toi, je revis.

Il va me falloir du temps, moi aussi, pour m’habituer…

Les nouveautés de la rentrée(1)

Mon Spaghetti va à l’école depuis 1 semaine… Sans pleurer, comme les grands.

Elle a fait sa rentrée chez les Bobos à l’école alternative.

Miss spaghetti ne veut plus de son biberon le matin: elle mange des tartines de pain à l’huile de palme et boit du jus comme les grands.

Miss Spaghetti ne veut plus de couche la nuit, alors qu’elle en porte encore le jour et qu’elle s’y agrippe comme une moule à son rocher. Tu sais ma chérie, si tu peux te retenir 12 heures, c’est que tout est under-control: Mais tu vas pisser dans ton putain de pot?!!!

Ouais je m'en lasse pas...
Ouais je m’en lasse pas…

Je t’entends déjà me dire: Mais elle va à l’école alors qu’elle n’est pas propre???? Ben ouais, chez Steiner, faut laisser l’enfant aller à son propre rythme…Alors je les ai pris au mot.

« Ma fille refuse de lâcher ses couches, elle est pas prête, j’arrête de lui mettre la pression.

-mais vous avez raison, il ne faut surtout pas la presser »

Et voilà.

Ça, c’est fait.

Rhaa la la, tu continues à commenter, je t’entends, tu me dis qu’en fait, je refourgue le problème à quelqu’un d’autre!

Ben ouais, carrément…

Bionic girl or not?

Si nous étions encore en 1976, Miss Spag pourrait se faire greffer des jambes bioniques et aller courir dans les champs avec Super Jaimie.tumblr_n2awrcuJhn1s2wio8o4_500Manque de bol, nous sommes en 2015 et cette pratique est passée de mode.

A la place, on propose des orthèses (des attelles quoi)…Et ouh la la, ma bonne dame, le sujet fait débat! Y’a ceux qui sont pour, y’a ceux qui sont contre, y’a ceux qui sont paumés au milieu (les principaux intéressés en général).

Alors on se renseigne, on prend l’avis de chacun: le pote ergo, le pédiatre, les kinés, la psychomot…On subit quelques pressions au passage:

« Notre médecin rééducateur veut rencontrer Charlie »- dixit le CAMPS et sa cohorte d’abrutis addict aux bilans. « Ben pas nous! » -dixit la Maman Spag(c’est une longue histoire de désamour le CAMPS et moi ) (mais il en existe surement de très bien ailleurs sur la planète, des CAMPS). D’ailleurs, je pense que sur les murs des chiottes du CAMPS de St Louis pour ne pas le nommer, y a écrit « La mère de Charlie Spaghetti est une sombre connasse ».

Bref, chacun y va de sa petite idée, de sa profonde conviction. On sait plus trop où donner de la tête. Alors, pour garder le cap, on choisit celle ou celui qui sera l’Elu(e), celle ou celui en qui on a le plus confiance. Et j’ai nommé ma kiné qui fait du Feldentruc Feldenkreis! (clic)

Pas d’appareillages pour Miss Spag avant ses 4 ans parce que Charlie progresse lentement mais régulièrement. Elle risquerait de se reposer sur ses orthèses et donc de ne pas savoir faire sans. Donc on vise la marche autonome et on la laisse évoluer.

Moi, qui prend conscience que ma fille peut encore faire du 4 pattes jusqu'à ses 4 ans
Moi, qui prend conscience que ma fille va peut-être encore faire du 4 pattes pendant longtemps, trèèèès longtemps…

Notre nouvelle pédiatre de ville est totalement d’accord (au passage, bienvenue dans la Dream Team Nouvellepédiatredeville). Oui, on retourne chez un pédiatre, notre généraliste se sent un  peu dépassé (mais on t’aime bien quand même généraliste, hein! Le prends pas mal).

Bref, on patiente. (La patience, c’est un truc que je connaissais pas trop avant d’avoir ma fille, je commence à maîtriser là…)